Ortega y Gasset, conferencia en la ciudad de La Plata en 1939 Para animarnos a la recuperación de nuestros ideales, de nuestro carácter y de nuestro destino de grandeza: “¡Argentinos, a las cosas, a las cosas! Déjense de cuestiones previas personales, de suspicacias, de narcisismos. No presumen ustedes el brinco magnífico que daría este país el día que sus hombres se resuelvan de una vez, bravamente, a abrirse el pecho a las cosas, a ocuparse y preocuparse de ellas directamente y sin más, en vez de vivir a la defensiva, de tener trabadas y paralizadas sus potencias espirituales, que son egregias, su curiosidad, su perspicacia, su claridad mental secuestradas por los complejos de lo personal”

Evolución

Evolución
El conocimiento es bueno sólo si se comparte. Nada es imposible para una mente dispuesta. Espero que este blog ayude a aquellos que están buscando conocimientos, al igual que yo.
Libro de quejas:
A) Las imágenes y/o enlaces contenidos en este tallerblog tienen solamente una intencionalidad didáctica y una funcionalidad educativa.
B) No mantiene ningún tipo de relación con las personas o instituciones mencionadas en las notas.
Lo mismo sucede con todos los posibles enlaces invisibles adheridas por parte de terceros a las notas publicadas. Los cuales ya no son voluntad del administrador del taller blog. Ergo, el administrador no responde ni se responsabiliza sobre las actividades de los mismos.
C) El administrador y moderador de este Tallerblog hace todo lo posible por remover cualquier material cuestionable, pero todos los comentarios publicados en las entradas, o traídos de la página homónima de facebook, expresan las opiniones de sus autores y no la del administrador, moderador o blogspot por lo cual no se les considerará responsables excepto por los mensajes publicados por ellos mismos.

viernes, 15 de abril de 2016

El diario Le Monde vincula a Cristina con los Panama Papers por una maniobra con la Cruz Roja

¿Te interesó el título del diario CLARÍN? bueno, te aviso que...

Le Monde desvinculó a Cristina de los Panamá Papers y puso en evidencia la operación mediática

El diario francés, Le Monde, desmintió que ellos hubieran vinculado a la ex presidenta Cristina Fernández con los Panamá Papers tal como había difundido Infobae,


A través de un comunicado enviado al consorcio de periodistas de todo el mundo que participaron de la investigación “Panamá Papers”, Le Monde desmintió al portal argentino INFOBAE por haber tergiversado e inventado, a raíz de una nota que había sido publicada en el diario francés días atrás, una inexistente vinculación de la ex presidente Cristina Fernandez de Kirchner con cuentas en Panamá.
El día de ayer, el portal Infobae publicó una nota bajo el título “Le Monde vincula a Cristina Kirchner con una maniobra de lavado de dinero que usó el nombre de la Cruz Roja”, mediante la cual intentó vincular a la ex mandataria con cuentas offshore en Panamá, como las que si efectivamente se le encontraron a nombre del Presidente Mauricio Macri, su familia y varios funcionarios nacionales y dirigentes de su espacio político.


Sin embargo, el día de hoy, el periodista de La Nación Hugo Alconada Mon, reconoció que el propio diario francés Le Monde mediante un comunicado enviado cientos de periodistas de todo el mundo que participaron de la investigación Panamá Papers, desmintió en forma terminante lo publicado por el portal argentino Infobae, que fue replicado por otros medios de comunicación argentino, con el claro objetivo de atacar y esmerilar la imagen de la ex presidenta en el marco de su retorno a la arena política que causó y causa un fuerte revuelo en la política argentina.

“A través de un mail enviado a todos sus colegas involucrados en "Panamá Papers", Le Monde aclara que ellos no dijeron lo que parte de la prensa argentina publicó que dijeron”, aseguró Alconada Mon en su blog personal.
En su nota, Infobae no solo tergiversa información brindada por Le Monde en su nota  sino sobre todas las cosas omite que en su nota el diario francés en ningún momento "revela” – Como fija el portal web - ni asevera nada nuevo sobre la familia Kirchner, sino que se limita a decir que una acusación judicial los vincula supuestamente con Báez y su operatoria con Mossack Fonseca. 

Por otro lado, otra nota de Le Monde, con fecha del 14 de abril, se titula "'Panamá Papers': el influyente diario argentino 'La Nación' en la tormenta" y dice "Los periodistas del diario sin duda no imaginaban caer en una embarazosa revelación al descubrir los nombres del poderoso grupo de prensa S. A. La Nación y de su director, Luis Saguier, en los papeles del estudio de abogados panameño Mossack Fonseca, que permitieron revelar una vasta operación de evasión fiscal a nivel mundial".

Fuente: http://www.diarioregistrado.com/politica/le-monde-desvinculo-a-cristina-de-los-panama-papers-y-puso-en-evidencia-la-operacion-mediatica_a57111205b2218945540f18c5

Fuente del título: CLARÍN - http://www.clarin.com/politica/Monde-Cristina-Panama-Papers-Roja_0_1558644527.html

Ahora recordá todos las noticias que le creíste al gran diario argentino y que todo lo que decían los otros eran para meterte miedo... a vos ellos te metieron el odio.

LEER:

« Panama papers » : Mossack Fonseca abuse du nom de la Croix-Rouge pour cacher de l’argent sale

LE MONDE | 


Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), fondé en 1863 à Genève, se déploie dans le monde entier pour venir en aideaux victimes de conflits. Avec plus de 10 000 employés, il est en ce moment très engagé en Syrie, en Irak, en Ukraine, enAfghanistan, au Soudan du Sud ou au Nigeria. Tous les jours, ses employés risquent leur vie pour en sauver d’autres. Le simple nom du CICR et son emblème de la croix rouge sur fond blanc suffisent souvent à les protéger. Tout autour du globe, il est le symbole de neutralité, indépendance et intégrité.

Mais voilà : l’identité de l’organisation humanitaire basée en Suisse est utilisée pour cacher de l’argent sale. C’est ce que révèlent les « Panama papers » : des centaines d’hommes d’affaires abusent de la réputation de la Croix-Rouge pour rester au-dessus de tout soupçon. « C’est un risque énorme pour le CICR », réagit son président Peter Maurer, en apprenant l’existence et l’ampleur de cette usurpation.

« Comme ça, c’est plus simple »

Le prestataire de services offshore Mossack Fonseca en a même fait un gros business. La firme panaméenne met à disposition de ses clients deux fondations : la Brotherhood Foundation et la Faith Foundation. Ces dernières peuvent être utilisées par les clients pour détenir les actions de leurs sociétés offshore. Pourquoi ? Une telle fondation, qui n’a pas d’actionnaires, permet notamment de masquer qui se cache derrière un compte bancaire.
Ce service a eu un franc succès. Selon les documents que nous avons pu consulter, environ 500 sociétés utilisent une de ces deux fondations. Ces dernières ont un ayant droit économique un peu particulier : pour ne pas éveiller de soupçon, MF a simplement inscrit la Croix-Rouge dans ce rôle. Grâce à ce montage, les noms des propriétaires restent cachés, et l’aura de l’ONG les protège des regards suspicieux.
Mossack Fonseca a même préparé un certificat « généralement utilisé dans ces cas-là », explique une employée dans un e-mail en 2008. Elle précise que le document désigne « l’organisation humanitaire nommée The International Red Cross » comme bénéficiaire de la Faith Foundation. Un document du 10 mars 2011 donne carrément l’adresse : « 19 Avenue de la Paix, CH — 1202 Geneva, Switzerland ». Soit la véritable adresse du CICR.
Un autre courriel de la firme panaméenne livre benoîtement la raison véritable de tout cet embrouillamini :
« Comme les banques et les instituts financiers sont aujourd’hui tenus d’obtenir des informations sur les bénéficiaires économiques finaux, il est devenu difficile pour nous de ne pas divulguerl’identité de ceux de la Faith Foundation. C’est pourquoi nous avons mis en place cette structure désignant l’International Red Cross. Comme ça, c’est plus simple. »
Le prestataire de services offshore précise qu’il n’a pas l’obligation d’informer la Croix-Rouge du rôle qu’elle joue malgré elle dans ces centaines de sociétés offshore. « Selon la législation de Panama, les bénéficiaires d’une fondation peuvent être utilisés sans le savoir, indique un employé de MF dans un e-mail interne. Cela signifie que la Croix-Rouge internationale n’a pas conscience de cet arrangement. »D’après les données des Panama Papers, ce système a été utilisé à plusieurs reprises pour cacher des avoirs recherchés par les autorités ou de l’argent soupçonné d’être le produit d’activités criminelles.

Le couple Kirchner en cause


image: http://s1.lemde.fr/image/2016/04/10/534x0/4899541_6_b352_2016-04-10-9d56bf0-bas103-argentina-court-0409_fa4acdede946e08ea662b98e81835862.jpg
ENRIQUE MARCARIAN / REUTERS

Ce montage a notamment servi à détourner des dizaines de millions de dollars de fonds publics en Argentine. En 2013, des journalistes argentins mettent au jour un réseau de corruption et de blanchiment autour de l’ancien président Néstor Kirchner et de Cristina Fernández de Kirchner, qui a succédé à son mari en 2007 et quitté ses fonctions en décembre 2015. Le couple présidentiel aurait, entre autres, détourné et sorti du pays des fonds avec l’aide d’un homme d’affaires. Il aurait blanchi 65 millions de dollars au Nevada en utilisant un grand nombre de sociétés de Mossack Fonseca, selon le procureur argentin en charge du dossier.
D’après des documents de la justice américaine, ces sociétés offshores ont toutes un point commun : elles sont contrôlées par deux sociétés-écrans enregistrées par Mossack Fonseca aux Seychelles : Aldyne Ltd. et Garins Ltd. Sur le papier, ces dernières n’appartiennent pas à MF, mais à la Faith Foundation. Et voilà comment, sans le savoir, la Croix-Rouge s’est retrouvée actionnaire de sociétés contrôlant le magot qu’aurait détourné le clan Kirchner.
Cette affaire met en lumière le jeu de cache-cache qu’entretient la firme panaméenne avec la justice. Dans une déposition devant la justice américaine, une employée de Mossack Fonseca affirme que les sociétés Aldyne et Gairns « n’appartiennent en fait à personne ». C’est formellement exact, car les fondations à Panama n’ont pas besoin d’un propriétaire, mais juste de bénéficiaires. Cela dit, le groupe Mossack Fonseca contrôle la Faith Foundation et l’utilise régulièrement comme pseudo-actionnaire. Et quand la situation sent le roussi, il n’assume pas son rôle, niant l’existence d’un propriétaire.
Ce stratagème a aussi rendu service à l’actuel président des Emirats arabes unis, le Cheikh Khalifa bin Zayid Nahyan. En 2005, ce dernier voulait acquérir des maisons situées dans les quartiers les plus huppés de Londres. La banque d’Ecosse lui a accordé un prêt sans intérêt de 291 millions de livres sterling. Au final, c’est la société Mayfair Commercial Limited, enregistrée par Mossack Fonseca aux Îles Vierges britanniques et appartenant à un trust du cheikh, qui a acheté les maisons. Mayfair est reliée à travers plusieurs sociétés offshore à la Faith Foundation. Et donc, à nouveau, à la Croix-Rouge. De cette manière, le cheikh, véritable propriétaire des maisons, pouvait espérer rester complètement anonyme, si la fuite des Panama apers n’avait pas eu lieu.

Le CICR « n’ose pas imaginer à quoi nous pourrions être mêlés »

Le troisième exemple est édifiant. Elena Baturine, une des femmes les plus riches de Russie, épouse de l’ancien maire de Moscou, a poursuivi en justice un ancien partenaire d’affaires. Il l’aurait arnaquée d’environ 100 millions d’euros, un cas actuellement devant la justice londonienne. En 2008, Mme Baturine a versé plusieurs dizaines de millions d’euros à une société appartenant à son partenaire commercial, dans le cadre d’un projet immobilier commun. De ces sommes, plus de 13 millions d’euros, ont transité par les comptes de trois sociétés enregistrées par Mosscak Fonseca aux Îles Vierges britanniques, gérées par le bureau d’une fiduciaire genevoise. Dans les Panama papers, on découvre encore que 5 de ces 13 millions d’euros ont ensuite été redirigés ailleurs, entre autres autres vers Chypre, sous forme d’intérêts. Une transaction dans laquelle la fiduciaire de Genève a joué un rôle central. Aussi cocasse que cela puisse paraître, au moins l’un des contrats pour ces transactions, fixant le taux d’intérêt, a été cosigné par deux des employées de la fiduciaire suisse : la première employée a signé pour l’une des trois sociétés aux Îles Vierges britanniques, la seconde pour une société à Chypre.
Pour dissimuler le propriétaire des trois sociétés qu’elle gérait, et de plus de 200 autres créées par ses soins, la fiduciaire genevoise a créé une fondation à Panama servant de pseudo-actionnaire. Cette fondation, une couche d’opacité supplémentaire, joue un rôle similaire à la Faith Foundation, et lui est liée. La Faith Foundation ayant la Croix-Rouge comme bénéficiaire, l’histoire se termine à Genève, où elle a commencé. Quelques kilomètres séparent la fiduciaire du siège du Comité international de la Croix-Rouge.
L’organisation humanitaire n’a évidement aucun contrôle sur ce qui se cache derrière ces centaines de sociétés avec lesquelles elle est indirectement connectée. En associant le Comité international de la Croix-Rouge à des affaires de blanchiment d’argent, Mossack Fonseca risque de salir le nom de l’ONG et, donc, de la fragiliser. D’ailleurs, les Conventions de Genève, dont le CICR est dépositaire, interdisent explicitement toute réappropriation de son nom. Les Etats signataires ont le devoir de s’assurer que les Conventions sont respectées sur leur territoire. Panama, siège principal de Mossack Fonseca, a ratifié ces Conventions en 1956.
Le CICR ignorait tout des agissements de Mossack Fonseca. « Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour mettre fin à une telle usurpation, promet Peter Maurer, président de l’institution. Il n’y a pratiquement aucune marque au monde qui ait autant besoin d’être protégée que celle du CICR. Si nous nous retrouvions, par exemple, associés à une société offshore appartenant à une faction en guerre, je n’ose pas imaginer à quoi nous pourrions être mêlés. »
Mossack Fonseca, de son côté, n’a pas répondu à nos questions spécifiques sur la Croix-Rouge. « Vos allégations selon lesquelles nous fournissons des actionnaires avec des structures […] destinées à cacher l’identité des propriétaires réels sont sans fondement », s’est contenté de répondre la firme panaméenne.
Enquête : Catherine Boss et Christian Brönnimann, Le Matin Dimanche (Suisse). Adaptation : Le Monde.


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/panama-papers/article/2016/04/10/panama-papers-mossack-fonseca-abuse-du-nom-de-la-croix-rouge-pour-cacher-de-l-argent-sale_4899543_4890278.html#z8lmGwekMlwaj136.99


Este es el kegemusha a la Argentina (kagemusha=duplicado) que se reinstaló luego del regreso de la democracia y que ya operaba mucho antes de la última dictadura militar. Crear la grieta con su orilla de cada lado fue funcional a los intereses de los monopolios para crear un duplicado inversamente proporcional. Si de un lado la cosa está bien, del otro está mal y si de nuestro lado la cosa se pone fea la otra también. No vaya a ser que nos diferenciemos mucho y la gente se avive. Esto supera a la viveza criolla del común de la gente.

Si Pedrito hubiera sido argentino la historia con el lobo nunca hubiera terminado y se hubiera intitulado "Pedrito y el bobo".

Dejo mi saludo ritual como un apretón de manos o un "Ave María Purísima", Firme y Digno, Bocha... el sociólogo.

1 comentario:

Juan Reyes dijo...

Gracias por avisar. Realmente qué falta que hace la ley de medios.

mirando por el retrovisor

Related Posts with Thumbnails